Bilan pour 2020 du CNC : l’avenir du financement du cinéma français à l’épreuve des chiffres.

 

Marc Le Roy
Docteur en droit
www.droitducinema.fr

2 juin 2021

 

Le CNC vient de publier aujourd’hui son remarquable et très attendu Bilan pour 2020. La comparaison globale 2019/2020 pour le financement de la production cinématographique est toujours riche d’enseignements :

 

 

Au titre des bonnes nouvelles, la taxe vidéo explose comme prévu (et ce n'est pas terminé) en passant de 34 à 87 millions d'euros (le taux de la taxe est passé de 2% à 5,15% début 2020 et les abonnements à la SVOD se multiplient). Plus il y aura d’abonnements à la SVOD plus le rendement de la taxe vidéo augmentera.
La TST-E (taxe sur les éditeurs de chaînes TV, assise sur la pub TV) baisse (20%) mais on pouvait s’attendre à pire en raison de la faiblesse de la pub TV pendant la pandémie. La baisse est également due à la baisse du taux de prélèvement qui est passé de 5,65% à 5,15% ( un abattement plus important est également accordé aux chaînes) début 2020.
La TST-D (taxe sur les distributeurs de services audiovisuels : FAI, Canal...) augmente notablement (+15,8%). Le total de la TST (TSTE + TST-D) ne baisse en conséquence que de 6%. On pouvait s'attendre à bien pire avec la pandémie.
Bien évidemment la TSA (taxe sur les billets d'entrée en salles) passe de 155 millions à 28 millions en raison de la pandémie (fermeture des salles et dispense de paiement offerte aux exploitants).

 

(chiffres CNC en millions d'euros)

2019

2020 

2021 ?
(par rapport aux chiffres de 2019)

TST-E (chaînes)

299

Baisse : 236.7

Petite baisse due à la baisse du taux en 2019

TST-D (distributeurs)

193.7

Hausse 224.4

Maintien ou hausse

TSA (salles)

154.4

Baisse : 28.5

Baisse avant retour à la normal espéré en 2022

Taxe vidéo (dont VOD)

25,7

Hausse : 87.3

Nouvelle forte hausse en raison de la hausse de la consommation via VOD

Total

672.8

Baisse : 579.4 (hors aides COVID accordées au CNC)

hausse ?

 

Tout cet argent alimente le fonds de soutien du CNC qui finance ensuite le cinéma (production, distribution, exploitation) et l'audiovisuel français et européen (et même le cinéma du monde). Le niveau du fonds de soutien baisse de 100 millions) entre 2019 et 2020 mais n'oublions pas que le CNC a été fortement aidé financièrement par l'Etat en 2020 en raison de la pandémie.
Il n'y a plus qu'à espérer que les choses reviennent à la normale (probablement en 2022 pour les entrées en salles qui repartent déjà bien en ce printemps 2021). Dans l'absolue, la hausse de la taxe vidéo va s'accentuer dans le futur et c'est une très bonne nouvelle pour le fonds de soutien du CNC (v. cet  article).

Au titre des investissements des chaînes dans le cinéma, cela baisse encore cette année (mais 2020 fut une année particulière) et la VOD par abonnement va tranquillement compenser cette baisse dès la mise en place du nouveau décret SMAD. On peut ainsi attendre dès la première année entre 40 et 60 millions (et beaucoup plus pour l’audiovisuel) qui seront nouvellement injectés dans la filière cinématographique française et européenne (dont 85% dans les films français) au titre des obligations d’investissements imposées aux Netflix, Amazon Prime Vidéo et autres Disney+.

Tout ceci nous amène à être plutôt optimistes sur l'avenir du financement de notre exception culturelle en matière cinématographique et audiovisuelle. 

 

Retour au site